« Comment Nintendo a nui à la communauté Smash »

Ce texte a été publié en anglais le 24/11/20 sur Twitter par une personne anonyme. Nous considérons que ce texte est important pour comprendre certains enjeux de la scène compétitive de Smash Bros., nous vous en proposons donc une version française.

Certaines personnes du milieu ont depuis confirmé le contenu du texte.

Comment Nintendo a nui à la communauté Smash

« Ce texte a été écrit plusieurs mois avant l’envoi d’une ordonnance de cessation à Big House de la part de Nintendo. Il n’a pas été rédigé en réponse à cela.
Ce texte est publié anonymement pour des raisons évidentes.

Pour commencer, je tiens à préciser que je ne suis pas journaliste. Ce qui est écrit ci-dessous provient directement d’individus qui ont travaillé pour les entreprises citées ou qui sont intimement liés aux décisions de celles-ci de par leur position au sein du milieu e-sportif. Je n’ai pas d’e-mails, de contrats ou de documents qui attestent de la véracité de ces propos. Je les crois simplement sur parole. J’encouragerai n’importe quel journaliste qui souhaiterait passer à l’étape supérieure et mener l’enquête.

Je tiens également à préciser que ce que j’écris ci-dessous ne concerne pas seulement Melee. La plupart des choses que je m’apprête à décrire concernent Smash 4, Ultimate et même Brawl. Toutes les scènes e-sportives de Smash ont été bridées par les action de Nintendo.

J’écris ceci afin d’informer toute la communauté de certaines choses dont moi et d’autres membres sont au courant depuis des années, mais dont nous ne souhaitions pas parler dans l’espoir que Nintendo se décide enfin à faire quelque chose. Cet espoir n’existe aujourd’hui plus, je n’ai donc aucun problème à communiquer ce que je sais.

Cela fait longtemps que Nintendo évite de soutenir la scène e-sportive de Smash, l’empêchant ainsi de se développer au-delà d’un simple mouvement populaire. Nintendo est une entité qui, pour des raisons culturelles ou financières, a choisi de ne pas s’impliquer dans l’e-sport avec Smash. En tout cas pas au même niveau que la plupart des autres éditeurs du même secteur. Nous avons entendu des hauts dirigeants de Nintendo exprimer leur désintérêt vis à vis du jeu vidéo compétitif. Nous acceptons cet état de fait puisqu’il s’agit de leur propriété intellectuelle ; ils sont libres d’avoir la vision qui leur semble adéquate.

Cependant, la position de Nintendo devient moins innocente lorsque vous prenez en compte le fait qu’ils ont délibérément empêché d’autres acteurs du milieu d’aider la scène compétitive, en agissant volontairement ou en ne faisant justement rien. De plus, ces actes ont pris place alors même que Nintendo avait estampillé son nom sur nos propres évènements, et invité certaines de nos personnalités à leurs événements. Nous avons régulièrement une lueur d’espoir qu’ils vont commencer à prendre des décisions qui vont dans le bon sens, mais aucun changement majeur n’a jamais lieu. Ils profitent très directement de l’existence de notre communauté, tout en n’apportant quasi aucun soutien et en prenant des décisions qui nuisent à notre scène compétitive.

Ce texte est écrit afin de mettre en lumière les différentes façons dont Nintendo a empêché le milieu de grandir. Vous faites partie de cette communauté, vous méritez de savoir ce que beaucoup de joueurs pros et d’influenceurs de la scène Smash savent depuis des années. La raison pour laquelle je m’exprime seulement maintenant sur le sujet et que j’estime que nous en sommes à un point où nous n’avons plus rien à perdre. Par le passé, nous avions peur de nous exprimer publiquement car nous avions encore espoir que notre relation e-sportive avec Nintendo prenne enfin son envol, ce qui n’est au final jamais arrivé.

Les Organisations Tierces qui ont Tenté de Travailler avec Smash

Il y a de nombreuses entités qui ont essayé de travailler conjointement avec Nintendo afin de monter des évènements pour Melee, Smash 4 et Ultimate. En voici quelques unes parmi les plus importantes qui m’ont été rapportées :

Eleague – L’organisation qui a réussi à faire diffuser du Counter Strike et du Street Fighter (et bien d’autres jeux) sur ESPN [ndt : la plus grosse chaîne télé sportive aux État-Unis]. Ils voulaient organiser un grand évènement pour Smash. Au bout du compte, ils ont seulement réussi à avoir les droits de rediffusion de l’Ultimate Invitational de l’E3. Ma source m’a expliqué que les droits de rediffusion étaient un lot de consolation de la part de Nintendo, puisqu’ils ne les ont pas autorisé à organiser un évènement Smash plus significatif que ça.

HTC – après le HTC Throwdown, un évènement très réussi qui s’est tenu sur un jour et qui était organisé par HTC esports, l’organisation était intéressée par la mise en place d’un circuit Smash avec les dotations les plus élevées que nous n’avions jamais vues sur Smash. Malheureusement, puisqu’un circuit officiel Nintendo/Twitch était « sur le point d’être finalisé », il a été demandé à HTC de pivoter vers une position de sponsor de ce circuit principal, plutôt que de lancer un évènement concurrent. Ainsi, HTC a retiré sa proposition de circuit, en pensant que celui de Twitch/Nintendo allait bientôt voir le jour. Comme nous le savons désormais, ce circuit officiel n’a jamais été concrétisé. J’en discute dans la section Twitch ci-dessous.

ESL – L’ESL a tenté de travailler avec Nintendo pour lancer son propre circuit/league, mais Nintendo n’a fait presque aucun effort. L’ESL a tenté d’établir un lien avec la firme japonaise, a tout fait pour bien présenter leur idée, mais ça n’est pas allé plus loin puisque Nintendo n’a pas daigné répondre. Il est intéressant de noter que Nintendo était ouvert à la présence de Splatoon dans l’ESL. Pour moi, cela prouve que Nintendo est prêt à soutenir des scènes e-sportives qui ne peuvent se développer d’elles-mêmes, comme Splatoon ou ARMS, mais qu’ils ne touchent pas à Smash car ils ont simplement à rester assis et à récolter les bénéfices de ce que nous montons de nous-mêmes. Ils nous laissent faire tout le travail, et ne nous aident pas à nous développer.

MLG – En 2015, la MLG a tenu un événement sur Melee, et plus tard sur Smash 4. D’après ma source, la MLG a cessé de travailler avec Smash Melee après la MLG à Anaheim en 2015 car Nintendo a demandé des droits de licence de 50 000 $ par évènement, plus du double de ce que demandait par exemple Street Fighter IV, un jeu bien plus moderne à cette époque-là. Ce genre de pratiques me semble être un moyen d’empêcher Melee de faire partie des événements MLG sans avoir à leur interdire formellement. J’imagine que bien que ces droits de licence auraient été facturés, aucun vrai soutien de la part de Nintendo n’aurait été apporté, comme cela s’est vu lors de certains de nos propres évènements.

Il y a d’autres incidents liés à la MLG qui ont été révélés publiquement par d’anciens employés et des insiders. Par exemple, Nintendo n’a pas autorisé la MLG a diffuser Brawl en 2010. En 2006, la partie Smash de l’évènement n’a pas pu être diffusée à la télévision. La raison évoquée par Sundance [ndt : le co-fondateur de la MLG] : « Nous savons que la communauté Smash est aussi impatiente que nous de suivre le tournoi et de voir quel joueur marquera le plus les esprits sur la plus grand scène d’e-sport, et nous faisons tout notre possible pour que la couverture médiatique de l’évènement soit aussi complète que possible. Cependant, je suis au regret de vous annoncer que nous ne serons pas en mesure d’avoir une diffusion en direct du tournoi Smash à Orlando de ce week-end. Afin de diffuser ce genre de contenu, nous devons obtenir des accords de diffusion de la part de l’éditeur du jeu. Nous avons fait tout notre possible, mais nous n’avons pas obtenu la permission de Nintendo. Nous avions espéré obtenir gain de cause à la dernière minute, malheureusement il n’en est rien.

Je sais que vous êtes déçus, et croyez-moi, nous le sommes aussi. Mais nous n’avons pas le choix. Une entreprise de notre taille se doit de respecter les règles. Je sais que beaucoup d’entre vous ont vu des tournois locaux être diffusés sur internet, et vous vous demandez sûrement pourquoi nous ne pouvons pas simplement faire la même chose. La raison est que nous sommes une vraie entreprise, avec une vraie visibilité et des enjeux. Nous ne pouvons pas essayer de nous faire discret comme un tournoi local le fait (et ce n’est pas ce que nous cherchons à faire). »

Bien que l’ère de la MLG fasse partie du passé, l’impact de ces décisions a touché la scène Smash à un moment où elle commençait à se développer, et cela aurait été la fin pour nous s’il n’y avait pas eu l’EVO 2013 et Le Documentaire [ndt : The Smash Brothers] pour nous donner un second souffle.

Redbull – À la base, Redull, Twitch et Nintendo étaient en discussion pour lancer un circuit similaire aux Red Bull Proving Grounds mais pour Smash, où des tournois mensuels auraient pris place dans différentes villes des État-Unis. À la fin de la saison, les meilleurs joueurs de chaque région se seraient affrontés dans l’évènement principal. Redbull a effectué le gros du travail pour pouvoir lancer le circuit, mais ils ont été retiré des conversations et du partenariat.

Twitch – Twitch (et Redbull qui a été retiré plus tard) était en négociation avec Nintendo pour organiser un circuit officiel pour Smash, incluant Smash 4 et Melee, et qui devait démarrer vers 2015. Twitch finançait l’évènement avec un budget de plusieurs millions par an, tandis que Nintendo conservait la propriété du circuit malgré leur absence de contribution financière. À cette période, Twitch ont plusieurs fois été sur le point de finaliser l’accord avec Nintendo ; mais ils étaient à chaque fois laissés sans réponse de la part de l’éditeur, ce qui ralentissait l’ensemble du processus. Finalement, vers début 2018, après trois années de travail et d’efforts pour satisfaire Nintendo, les deux entreprises sont finalement arrivées à un accord. Ce n’était pas simplement un accord verbal, ou une accord basé sur la confiance. C’était un accord contractuel écrit qui avait pour but de lancer officiellement le circuit pour Melee et Smash 4. C’était l’instant qui allait enfin rendre légitime Melee et Smash 4 en tant qu’e-sport majeur. Depuis des années, nous avions les chiffres, la fougue des spectateurs et une fanbase suffisamment grande pour être considéré comme un des plus gros jeux d’e-sport, mais il nous manquait l’autorisation officielle du développeur. Enfin, après des années de labeur, d’argent et de stress causé par les discussions avec Nintendo, nous avions un accord écrit pour lancer le circuit. Mais que s’est-il passé ? Sans que personne ne le sache, Nintendo avait prévu d’annoncer Smash Ultimate en 2018. Nintendo a arrêté de répondre aux employés de Twitch, même après l’établissement de l’accord écrit. Puis, une fois que Ultimate a été annoncé, Nintendo est revenu vers Twitch pour leur dire que le circuit n’avait plus de sens, avec la sortie prochaine d’Ultimate. Ils ont dit à Twitch qu’ils souhaitaient d’abord voir comment la communauté allait réagir à Ultimate, afin de voir si s’engager dans l’e-sport de cette façon [via le circuit proposé] était cohérent une fois le jeu sorti. Twitch devait donc attendre à nouveau, les conversations devant être relancées plus tard dans l’année une fois Ultimate sorti.

Une nouvelle année d’attente, et aucune garantie que Nintendo s’engagerait dans quoi que ce soit une fois qu’Ultimate serait sorti.

Cela fait maintenant un moment qu’Ultimate est sorti, et il n’y a toujours aucune trace de ce circuit. D’après ce qu’on m’a dit, le projet est complètement mort.

Mes commentaires personnels sur les organisations ci-dessus – D’après ma source, les entités mentionnées ci-dessus, toutes sans exception, ont non seulement essayé de travailler avec Nintendo, mais avaient prévu de tout payer de leur poche. En d’autres mots, elles souhaitaient travailler avec Nintendo sans demander à l’éditeur de dépenser un seul centime. Elles souhaitaient simplement avoir la permission. Ce ne sont pas des méthodes normales. En général, les développeurs eux-mêmes mettent de l’argent sur la table pour avoir une chance d’organiser un circuit avec des entreprises comme Redbull et Twitch. Dans ce cas précis, Twitch et Redbull étaient prêts à investir beaucoup d’argent pour lancer un circuit et pourtant, il n’y a eu presque aucune réaction de la part de Nintendo.

Une autre chose à garder en tête : les gens qui ont travaillé un nombre incalculable d’heures pendant des années afin de concrétiser ce projet avec Nintendo, ont également mis en place des circuits pour Tekken, Dragon Ball FighterZ et Street Fighter. Ces projets ont été développés et lancés en quelques mois. Les négociations étaient bien plus simples. Mais avec Nintendo et Smash, le processus a pris plus de 5 ans et n’a toujours pas abouti.

Il est plutôt clair désormais que Nintendo ne souhaite pas que l’e-sport sur Smash soit une réalité, mais ils laissent les gens penser que oui.
Si vous me permettez, je souhaiterais donner mon avis personnel sur ce que cela veut dire.

Nintendo sait qu’il y a un bénéfice à garder la scène e-sportive dans le flou, sans pour autant l’interdire complètement. Réfléchissez. Si Nintendo avait un vrai problème avec l’e-sport sur Smash, ils pourraient l’interdire. De même, s’ils souhaitaient vraiment que nous nous développions, ils ont largement les moyens de nous aider. J’ai quelques idées sur pourquoi nous sommes dans cet entre-deux, sur pourquoi Nintendo ne s’engage pas sur une de ces deux voies.

Nous interdire complètement leur ferait de la mauvaise publicité. Actuellement, en tant que communauté, notre voix porte suffisamment pour influencer les actions de grandes entreprises, y compris Nintendo. C’est l’avantage d’internet. Historiquement, ils ont changé leur décision d’interdire le stream de Melee de l’EVO 2013 lorsque nous avions récolté 100 000 $ pour la lutte contre le cancer du sein. Nous avons crié au scandale, et cinq heures plus tard, nous étions de retour sur le stream de l’EVO. Les répercussions de ce moment se font encore ressentir aujourd’hui. Nous sommes beaucoup plus nombreux aujourd’hui, et ils savent à quel point nos voix peuvent faire du bruit. Il se peut que cela soit la raison pour laquelle ils prennent des pincettes et font seulement semblant d’aider la scène. Peut-être qu’ils ne souhaitent pas nous aider grandir et nous donner de la voix. Peut-être qu’ils ne souhaitent pas dépenser de l’argent dans ce truc qu’on appelle l’e-sport. Peut-être qu’ils considèrent qu’un Smash compétitif ne correspond pas à leur vision du jeu. Soit. Cependant, même si tout cela est vrai, ils comptent également sur ce que nos voix leurs apportent : du marketing, beaucoup de marketing gratuit. C’est logique lorsque vous y pensez. Ils font constamment semblant de nous soutenir, sans aller jusqu’au bout, mais sans nous arrêter non plus.

Vous vous dites sûrement que Nintendo n’a pas besoin de notre communauté pour vendre des jeux. C’est probablement vrai. Cependant, est-ce que nous laisser exister leur rapporte du profit ? Oohh oui.

Je pense que c’est plutôt clair que Nintendo tire du bénéfice des influenceurs que cette communauté e-sportive a créé. Nintendo a même utilisé ces influenceurs pour promouvoir leur jeu lors des Invitationals à l’E3. Imaginez un monde où l’e-sport sur Smash n’existe pas, et Nintendo diffuse un Nintendo Direct. Vous auriez probablement beaucoup de personnes qui regarderaient ça chez eux, sur leur téléphone ou leur ordinateur. Une fois le Direct terminé, ils passent à autre chose. Ce qu’il se passe en réalité, c’est ce que ces mêmes personnes répondent à un tweet d’Esam, partagent une vidéo de Leffen ou jouent la réaction de Hungrybox en boucle. Les nouvelles autour du jeu sont propagées des centaines de million de fois par les fans de ces influenceurs. Il n’y a pas besoin d’être un génie du marketing pour comprendre la portée des influenceurs, et Nintendo en profite non seulement gratuitement, mais en bridant simultanément notre scène compétitive. Je trouve ça terrible.

Les effets de leurs actions sur notre scène se ressentent aujourd’hui plus que jamais. Les entreprises n’ont plus le même enthousiasme qu’avant lorsqu’il s’agit de travailler avec nous ; certaines n’essaient même plus. Que je sache, l’ESL et la Eleague n’ont aucun évènement de prévu pour Smash, et Redbull en est réduit à aider discrètement d’autres tournois afin d’éviter de s’attirer le courroux de Nintendo.

Les effets sur le scène :

Nintendo et les évènements de la communauté : dans quel monde vit-on lorsque l’annonce d’un évènement de la communauté approuvé par Nintendo est désormais considéré comme une mauvaise nouvelle. Il est presque certain que UCF [Universal Controller Fix], Slippi [un mod amélioré de Melee en émulation] et PM [Project M] ne seront pas de la partie. J’ai parlé à quelques organisateurs de tournois afin de connaître les avantages d’un partenariat avec Nintendo sur un évènement. D’après mes conversations, les avantages sont :

  • permettre aux évènements d’utiliser leur marque, ce qui ajoute de la légitimité aux sponsors et aux potentiels inscrits
  • L’évènement ne recevra pas d’ordonnance de cessation. Non pas que cela soit probable, mais un partenariat permet de s’en protéger.
  • Certains évènements doivent utiliser le compte Twitter NintendoVS pour parler de l’évènement. Pour un évènement en particulier, Nintendo n’a pas tenu parole la première année, seulement la deuxième.

C’est à peu près tout. Le soutien varie d’un évènement à l’autre. Un organisateur a reçu un soutien partiel pour des consoles lors d’un évènement, tandis que d’autres non. Bien qu’aucun des organisateurs à qui j’ai parlé n’aient reçu de soutien financier direct, au moins un évènement a reçu un soutien indirect sous la forme d’une mise en relation qui a permis des réductions sur du matériel et de l’équipement. Cependant, tous les évènements Splatoon dont ils ont fait partie avaient du matériel fourni par Nintendo. Nintendo prenait également de la place pour disposer des lieux d’activation d’Ultimate avant la sortie du jeu. Tout ceci sans payer directement les organisateurs des tournois. Ils prenaient donc de la place dans des endroits où les gens doivent généralement payer afin de promouvoir leurs nouveaux jeux, dans des évènements remplis de fans de Nintendo. Il semble que Nintendo soit capable de soutenir n’importe lequel de leurs jeux, à condition de le vouloir.

Un dernier mot à ce sujet, les organisateurs de ces tournois sont obligés de passer des pubs pour Nintendo. Si on prend en compte l’absence d’investissement de Nintendo, c’est assez hilarant.

Project M/P+ – Il n’y pas eu d’ordonnance de cessation Nintendo a indiqué à certaines personnes que le fait que la communauté soutenait Project M [ndt : un mod de Brawl] était la raison pour laquelle ils ne nous soutenaient pas. Naturellement, les organisateurs et les streamers y ont vu une opportunité de travailler avec Nintendo et de contribuer au bon lancement du Nintendo Smash Circuit. Je l’ai moi-même entendu de la bouche de plusieurs organisateurs et streamers. Ils pensaient qu’ils agissaient pour le bien de la scène compétitive. C’est cette promesse qui les a fait retirer [Project M] de leurs évènements/streams. Cela a évidemment était extrêmement néfaste pour la scène de [Project M], et tout cela pour rien. De plus, le retrait de [Project M] a eu un coût financier lié à la perte de revenue des spectateurs et inscrits venus spécifiquement pour ce jeu.

Équipes e-sport – Vous remarquerez que beaucoup de joueurs de haut niveau ont du mal à trouver une équipe ; certaines équipes connues se sont même séparées de leurs joueurs. Il y a longtemps, les équipes e-sport fondaient beaucoup d’espoir sur Smash, et il y avait eu une hausse du nombre de joueurs recrutés, liée à la hype autour du jeu et à un potentiel circuit Nintendo qui n’est jamais arrivé. Les équipes ont compris que Nintendo ne soutiendrait jamais le jeu, et ont donc pris la décision difficile de se séparer de plusieurs de leurs joueurs de Smash ces dernières années.

En conclusion :
Ne baissez pas les bras, continuez à protéger la communauté Smash. L’ensemble de la communauté a été bridée par Nintendo. Bien que Nintendo soit puissant, je pense réellement que notre amour des différents jeux de la licence est assez fort pour nous permettre de continuer des années, voire des décennies dans le futur. Nous avons survécu jusqu’ici malgré de nombreux obstacles, et nous réussirons aussi à surpasser les prochains. »

Tmnath

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *